« Est-ce que vous appréciez ma musique? » « Est-ce que je vous plais assez pour que vous achetiez mon nouvel album? » « Est-ce que je communique assez pour que vous partagiez ou laissiez un comment en dessous de mon dernier poste? » « Est-ce que j’ai LA carte pour être aimé des média. » « Je veux tellement avoir LA carte. » « Sur scène, je veux que mon public passe un bon moment. »  » Je veux qu’ils soient touchés. »

Vous êtes-vous déjà poséq ces questions-affirmations.

Plaire le plus possible au plus grand nombre, aux média, aux professionnels etc… ou déplaire le moins possible aux personnes aidant assurément à mon développement de carrière. Cette préoccupation peut être parfois centrale chez certains artistes.

Au final elle est tout à faire humaine puis que l’artiste pourrait penser que sa carrière et sa réussite dépendent de sa capacité à séduire, à plaire et à réunir un maximum de public-professionnels criant au loup, DECOUVERTE A NE PAS MANQUER. Cette nécessite de plaire, nous le portons tous d’ailleurs quelques-soit notre profession.

Mais d’où vient cette nécessité pratiquement viscérale de plaire? Vous n’allez pas arrêter de composer ou d’écrire pour autant… n’est-ce pas?
Voyez-vous, on the stage, avec un micro, votre instrument sanglé, au centre, en solo ou bien accompagné de vos musiciens, et un certain pouvoir de séduction. Votre public (s’il est vous connait déjà) vous encense et projette sur vous leur idéal, en lien direct avec l’image fantasmée que vous vous êtes créée. Cela flatte votre égo au départ. Mais est-ce vraiment réel?
Imaginez. Que se passerait-il si vous renonciez à plaire à tout prix? Le jeu de séduction est-il une condition sine qua none à votre charisme et à votre cool attitude.
L’origine du mot seduction : duceré (conduire à soi, vers soi, essayez d’attirer à soi)
L’origine du mot plaire : placard (amadouer, adoucir, calmer)
Si vous décidiez de ne plus plaire (ce qui ne veut pas dire que vous ne plairez plus), le public se verra recevoir sans aucun cache, votre réelle identité artistique. Voici 7 bénéfices à ne plus vouloir plaire à tout prix.
 s
  1. Se recentrer /// chercher à plaire vous focalise toujours sur la réaction de votre public ou bien sur ce que les professionnels ou média attendent/disent de vous. Rien ne sert d’adapter votre discourt car vous perdrez de votre puissance d’expression artistique.
    s
  2. Regagner votre liberté d’expression à partir du moment ou vous ne cherchez plus à plaire /// « Tout flatteur dépend de celui qui l’écoute »
    s
  3. Retrouver une estime de vous fondée sur vos propres critères et vos propres valeurs esthétiques /// Une part artistique est tout sauf consensuelle. Son message n’a de valeur que si elle est incarnée avec maîtrise, sens esthétique et conviction.
    Quels sont vos objectifs? est-ce que votre prestation ou bien votre action promotionnelle est en phase avec vos critères de qualité? avec votre message? avec votre image?
    s
  4. Diminuer votre stress et votre tract de la scène /// même si les étapes à franchir pour vivre de votre musique vous donnent le vertige.
    Prenez en exemple le soleil et la lune. Ceux qui me connaissent savent combien j’aime évoquer les éléments naturels. Le soleil rayonne. La lune brille car elle réfléchit la lumière du soleil. Le soleil ne se préoccupe plus de savoir comment ses rayons sont accueillis. Il est ce qu’il est tout simplement. Vous artiste, êtes d’innombrables étoiles rayonnant de toute part en donnant grâce à votre part sublimée.
    s
  5. Augmenter votre efficacité /// Ligne directrice dans la façon de conduire votre entreprise. L’artiste n’est pas là pour être aimée par son public. Cherchez à être juste et à proposer les meilleures stratégies possibles… si elles sont pertinentes…. peut être serez-vous appréciez ensuite. (i.e. Système de récompenses).
    s
  6. Accroitre votre authenticité /// Vous n’êtes plus obligés d’embellir votre réalité. Vous pouvez vous présenter à votre public. Votre part sublimée sait se mettre à nu (la spirale du mensonge pour maintenir une image absolument idéalisée assure une carrière écourtée).
    s
  7. Construire des relations vraies avec son public, avec ses partenaires média et avec son équipe /// Plus vous êtes centrée, dans votre vérité artistique, soucieux de ce qui est juste dans votre performance, plus votre public rayonnera aussi.
    s
Mon accompagnement en résidence s’adresse aux pros & leurs artistes, aux nouveaux talents qui ont le potentiel pour se professionnaliser. L’image & la scène.
 s
En vous écrivant ces 7 bénéfices, je me vois encore spectatrice du concert de BERTRAND BELIN sur la scène du 104 cette année. Discret, très observateur, subtil, muet même en interview radio au début de sa carrière, il m’a procuré un plaisir immense. Peut-être galvanisé par l’écho médiatique de son précédent album « Hypernuit » et par l’énergie sans-compromis de son manager, il laissa place à un son vibrant. Fustigeant à répétitions son texte… en jean décontracté, veste érotique, Bertrand Belin m’avait conquise dans sa démonstration de l’absurde circonstanciel de notre existence.
Je l’ai senti libre dans ses mouvements, heureux, lucide et surtout joueur. 🙂
 
# BE REAL
 s

# BE REAL

s

Crédit Photo: Chris Durussel

>